Publié par : eric verdeil | mars 9, 2010

Séminaire IUL/EVS – Présentation d’Eric Verdeil, le 5 mars 2010

Résumé (basé sur le Power Point ci dessous et complété grâce aux notes prises par C. Féré : Merci ;-))

On peut aussi écouter la présentation :

La thématique du développement durable (DD) commence à être très utilisée mais sa traduction concrète est néanmoins difficile à saisir dans les pays du Sud de la Méditerranée. Thème imposée par les bailleurs de fonds à travers les conditionnalités de l’aide, thème également saisi par certains acteurs, il apparaît comme un nouveau référentiel potentiel de l’action publique, avec de nouveaux objectifs d’action, de nouveaux instruments et mécanismes (comme le marché des droits carbone). Pour autant, la nouvelle transversalité de l’action publique qu’il est censé impulser reste difficile à constater. De plus quels sont ses effets à l’échelle urbaine, lorsqu’on parle donc de développement urbain durable (DUD) ?

Un premier bilan des travaux sur le DUD

Une série de nouveaux travaux de recherche aborde cette question, comme le récent colloque organisé par Pierre-Arnaud Barthel et Lamia Zaki à Hammamet. Durant ces séances ont été notamment été analysé différentes expériences liées à la thématique du DUD, tels que des réalisations d’écoquartiers, de nouveaux modes de planification urbaine ou l’impact du DUD sur les politiques urbaines dans les quartiers informels. Les premiers résultats montre le rôle moteurs des acteurs privés, notamment dans des réalisations pilotes dans certains grands projets d’aménagement, à travers les thèmes du greening (végétalisation) mais aussi l’introduction de nouvelles technologies de protection de l’environnement (recyclage des eaux usées)à ou d’efficacité énergétique.

D’autre part, on observe que l’injonction du DUD résulte de la conjonction de directives des autorités étatiques appuyées par les bailleurs de fonds, à travers des projets exemplaires voire des changements législatifs.

Enfin on doit constater le caractère épi-phénoménal de la plupart de ces réalisations.

Au total, la configuration dans lequel se mettent en place des quelques initiatives apparaît comme le schéma inverse de ce qu’on observe en Europe à travers les travaux de Cyria Emelianoff, où le rôle des mobilisations collectives locales et des initiatives des pionniers locaux jouent un rôle d’impulsion qui est donnée par les acteurs centraux et extérieurs.

Questions de recherches

Ces premiers résultats me conduisent à formuler quelques questions de recherche. Je met en question, en particulier, le U du DUD. Dans quelle mesure l’urbain constitue t il une bonne échelle d’observation? Les politiques urbaines classiques (aménagement et urbanisme, écoquartiers, planification, projet urbain) sont-ils des objets pertinents d’investigation pour saisir la manière dont la thématique du D(U)D modifie l’action publique? D’autres thématiques et politiques peuvent être étudiées avec profit, comme la gestion des services urbains. De même, l’échelle urbaine est-elle, dans l’état actuel, une échelle pertinente d’observation du D(U)D. Il me semble que la question de la territorialisation du D(U)D est un enjeu de la recherche, et il serait peut être imprudent de la poser comme résolu à priori. A quel niveau le DD est-il négocié et éventuellement stabilisé ? Quels acteurs, ancrés dans quels échelons, participent-ils à cette négociation?

Réformes des services urbains en réseau et DUD

A partir de là, je propose une sorte de relecture de mes travaux récents sur les services urbains et les questions énergétiques pour aborder le DUD.

Services urbains au Liban et DUD

La recherche menée en commun avec Franck Scherrer et Cécile Féré sur la territorialisation de la gestion de l’eau et de l’électricité au Liban (Flux n°75 2009) offre plusieurs entrées sur la problématique du DUD. Non seulement en considérant que cette territorialisation est un enjeu central de ces réformes, mais aussi par ce qu’elle nous a montré sur le développement de nouvelles organisations qui questionnent la mise en place du DUD, les services « décentralisés » au sens donné à ce terme dans le n° de Flux sur le développement urbain durable. Le premier exemple, détaillé par C. Féré dans son mémoire de Master, concerne les SPANC (Service public d’assainissement non collectif), initiative proposée par la coopération décentralisée du Grand Lyon pour les communes rurales non reliés au réseau d’assainissement centralisé (voir un résumé ici). Cette proposition a été largement rejetée. Le deuxième exemple concerne les générateurs d’électricité. Ces mini-réseaux qu’on peut classer comme POPS (petits opérateurs privés de service) sont l’expression des initiatives populaires pour pallier les défaillances du service public standard mais pose de nombreux problèmes environnementaux et sociaux. Les municipalités libanaises s’efforcent, en ordre dispersé, de s’attaquer à cette question (voir les travaux à ce sujet de Pauline Gabillet).

Ces deux exemples, qu’il faudrait creuser, montrent comment des thématiques relevant du DUD deviennent des enjeux de politiques publiques, où s’articulent questions environnementales, questions sociales, rapports complexes entre l’Etat, opérateurs sectoriels en réforme et acteurs locaux officiels (municipalités) ou non.

La gestion publique de l’eau potable en Tunisie et la question du hors-réseau

Dans un pays marqué par l’aridité, la collecte des eaux de pluie apparaît comme un enjeu en termes de DUD (article avec Ali Bennasr). Pourtant, la Tunisie qui a développé une gestion publique de l’EP assez remarquable en comparaison de situations similaires, ne semble guère s’en préoccuper. Le réseau comme idéal technique mais aussi comme puissant instrument de régulation sociale et politique, rend inaudible la question du hors-réseau.

La transition énergétique et le DUD

Ce nouveau volet de mes recherches offre d’autres angles d’approches du DUD. A travers les exemples libanais et jordanien (ici), j’ai souligné que la rationalité de la transition énergétique (diversification vers le gaz naturel, secondairement les renouvelables et à terme pour la Jordanie, le nucléaire) repose dans ces pays principalement sur des logiques géopolitiques et budgétaires, et guère environnementale.

En termes de territorialisation, deux tendances se dégagent (cas de la Jordanie):

  • les instances municipales sont marginalisées ou contournées par rapport aux opérateurs sectoriels et/ou centraux.
  • On observe l’avènement d’une gouvernance territoriale néolibérale, combinant délégation vers des acteurs privés de l’aménagement lié à la mise en oeuvre du D(U)D et contrôle par le centre.

Le passage au gaz naturel me semble offrir un lieu très instructif d’examen des conséquences socio-spatiales de la transition énergétique. L’introduction du gaz de ville, occasion de vendre des droits carbone, représente en même temps un profond bouleversement des conditions d’accès à l’énergie pour les ménages et les entreprises, et occasionnent des jeux d’acteurs complexes, qu’illustre fort bien un très intéressant exemple égyptien, à lire ici

Conclusion: pistes de recherche

En conclusion, voici quelques pistes pour interroger le DUD au sud de la Méditerranée.

  • En termes d’entrée vers cette question, il paraît utile de combiner l’analyse d’objets clairement « urbains » (écoquartiers, etc.) et celle d’objets au statut moins attendu comme les services en réseau.
  • Dans tous les cas, l’enjeu de la territorialisation de l’action publique est central pour aborder la mise en oeuvre du D(U)D. Comment les transformations d’ordre technique (par exemple décentralisation dans la production électrique, ou l’eau) s’articulent-elles avec les rescalings qui caractérisent la gestion de ces services et d’autre part, la gouvernance locale?
  • Une troisième entrée concerne les effets de redistribution sociale et territoriale par les services urbains. Qui sont socialement et spatialement les gagnants de la mise en œuvre de ces nouveaux dispositifs respectueux de l’environnement.
  • Un dernier point a trait a l’articulation entre les rationalités techniques et professionnelles et les nouvelles technologies et cultures techniques qui poussent vers le D(U)D?
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :